Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Carte D'identité

  • : Le syndicat CGT Arrivé - Maitre Coq
  • : informations du syndicat CGT de la société Arrivé - Maître Coq, une entreprise du groupe LDC.
  • Contact

Vidéos engagées

Recherche

La Cave

Contactez nous

                                                                                                                             lacgtarrive@orange.fr

Tél :
0251442346
0251442562
0251452280
0251408866
8 janvier 2015 4 08 /01 /janvier /2015 19:37

7 Janvier 2015, 15:44pm

 

Publié par La CGT d’ADP


En souvenir de notre Camarade Charb qui nous avait offert cette affiche pour les élections CE/DP de 2012.
En souvenir de notre Camarade Charb qui nous avait offert cette affiche pour les élections CE/DP de 2012.

 

La CGT horrifiée par l'attentat meurtrier à Charlie-Hebdo

Nos première pensées sont pour les familles des victimes et l'équipe de rédaction de Charlie-Hebdo auxquelles nous apportons tout notre soutien et présentons nos sincères condoléances.

Il n'existe pas de mots pour qualifier cette attaque terroriste. La symbolique de cet acte ignoble et barbare est sans aucune mesure à la hauteur du courage, des valeurs et de la liberté de la presse incarnée par Charb, Wolinski, Cabu, Tignous et l'équipe de rédaction de Charlie-Hebdo.

Honorons la mémoire de toutes les victimes de cet attentat en poursuivant leur combat pour la liberté d'expression.

 

source : http://www.lacgtadp.com

 


Partager cet article
Repost0
7 janvier 2015 3 07 /01 /janvier /2015 14:00

Attentat contre Charlie Hebdo

La CGT appelle à se rassembler ce soir à 17h place de la République

 

Après l’odieux attentat ayant fait plus d’une dizaine de morts et plusieurs blessés au siège de l’hebdomadaire Charlie-Hebdo, ce mercredi matin, la direction confédérale de la CGT, son journal et La Nouvelle Vie Ouvrière, et le SNJ-CGT, horrifiés, tiennent à assurer l’ensemble des journalistes et des personnels du journal, ainsi que tous leurs proches, de leur totale solidarité.

 

Profondément choquée par cet acte odieux, attristée et en colère, la CGT rappelle et salue le courage de ces hommes et ces femmes qui chaque jour, chaque semaine, malgré les intimidations et les menaces, défendent la liberté de pensée et la liberté d’expression dans notre pays.

Elle souhaite que les assassins soient au plus vite arrêtés et jugés, et que toute la lumière soit faite sur leurs motivations, ainsi que sur les conditions ayant permis que le siège de l’hebdomadaire ait pu être ainsi attaqué. La CGT appelle à un rassemblement, ce mercredi 7 janvier, à 17 heures, Place de la République, à Paris.

Montreuil, mercredi 7 janvier 2015

Partager cet article
Repost0
3 décembre 2014 3 03 /12 /décembre /2014 20:16

Il ne se passe plus une seule semaine maintenant sans que le gouvernement n’annonce, le plus souvent à la demande du MEDEF, de nouvelles agressions contre les salariés, retraités, chômeurs et jeunes.
 

Le gouvernement met en avant le « déficit » qui s'aggrave, pour justifier les coupes importantes dans toutes les administrations, les services publics, la sécurité sociale et les collectivités territoriales, le régime paritaire d'assurance chômage.
 

Dans les faits, les 50 milliards d'€ d'économies prévus sur 3 ans (21 milliards dès 2015) vont permettre de financer, dans le cadre du « pacte de responsabilité », les 40 milliards d'exonérations diverses au profit du patronat, à commencer par le Crédit Impôt Compétitivité Emploi (CICE). Loin de créer des emplois, le CICE permet, d’abord et avant tout, de grossir les bénéfices d'entreprises qui en ont déjà beaucoup et d'augmenter le niveau des dividendes versés aux actionnaires. Dans le même temps, et au nom de « la concurrence libre et non faussée », rien n'est fait pour sauver les emplois.
 

Cette politique économique du gouvernement, voulue par la Commission Européenne et le FMI, décidée avec l’accord de la France, conduit à la paupérisation de nombre de salariés, retraités et jeunes, et fragilise notre système de protection sociale et le service public républicain. De plus, dans le plus grand secret, l’Union Européenne prépare, avec les USA, un traité de libre échange qui permettrait de supprimer toutes les protections sociales et environnementales.

Les UD CGT, CGT-FO, Solidaires et FSU de Vendée considèrent au contraire que la croissance économique passe par la satisfaction de revendications urgentes, en particulier :
- L’augmentation des salaires (bloqués dans de nombreux secteurs, dont la Fonction Publique, depuis juillet 2010 et annoncées maintenues au moins jusqu’en 2017 !) du SMIC, des minima sociaux et des retraites. Ceci pour, tout à la fois, permettre une autre répartition des richesses produites, une réponse aux besoins individuels et collectifs, notamment en matière de santé, de logement. Ce surcroît de consommation générerait plus d’emplois, plus de recettes pour la sécurité sociale et plus de rentrées fiscales pour financer les services publics.
- L’arrêt des licenciements, délocalisations et fermetures d’usine, la préservation des emplois industriels et publics, la prise de majorité du capital des entreprises par l’État, quand la situation l’exige pour sauver l’emploi.
- Le retour à la retraite à 60 ans à taux plein et l’abrogation des régressions opérées depuis 1993, pour favoriser entre autres l’embauche en CDI des jeunes, dont 25% sont au chômage.
- L’abandon de la loi du 14 juin 2013, dite abusivement de Sécurisation de l’Emploi (issue de l’ANI de janvier 2013), qui ne sécurise que les accords dits de compétitivité qui détériorent les conditions de travail des salariés et amputent leur pouvoir d’achat.

Les UD CGT, CGT-FO, Solidaires et FSU de Vendée condamnent le pacte de responsabilité et en demandent le retrait. Elles condamnent les déclarations d'allégeance au capital financier de Manuels Valls et tous les propos menaçants et méprisants à l'encontre de ceux qui cherchent à défendre leurs acquis, emplois, salaires et conditions de travail.

Elles se félicitent de la décision prise par leurs confédérations ou fédérations de quitter la conférence sociale au mois de juillet dernier. Le but d'une organisation syndicale est de défendre les intérêts des salariés et non de mettre en oeuvre la politique de récession du gouvernement.

Les UD CGT, CGT-FO, Solidaires et FSU de Vendée soutiennent toutes les actions revendicatives en cours dans le département. Elles considèrent plus globalement que pour contrer le pacte de responsabilité, l’austérité et l’offensive généralisée qui touchent les salariés du privé comme du public, les chômeurs comme les jeunes et les retraités, il est temps d’y opposer une riposte d'ampleur, ce qui suppose de se donner comme perspective la réussite d’une grande manifestation à caractère national et la grève interprofessionnelle.

 

La Roche sur Yon, le 21 novembre 2014

 

Partager cet article
Repost0
4 octobre 2014 6 04 /10 /octobre /2014 20:28

Avec le CICE, les patrons de l’agroalimentaire empochent, au bas mot, 400 millions d’euros sans aucune
contrepartie. Pourtant les profits sont au beau fixe. Lors de notre 10ème congrès, la démonstration a été faite que les grands groupes de nos professions ont accru leurs profits, y compris en pleine crise. Les salariés de nos professions, touchés par des salaires de misère, des conditions de travail dégradées, une précarité qui expose à près de 30% du salariat, un emploi qui s’effiloche, ne verront aucune amélioration. Bien au contraire. On leur demande toujours plus. L’accroissement continuel de la productivité montre une exploitation capitaliste forcenée.
 

Les patrons et les actionnaires se frottent les mains. Depuis le début de l’année 2014, le Crédit d’Impôt
Compétitivité Emploi (CICE) leur a déjà permis d’économiser 8 milliards d’euros sur nos cotisations sociales.
C’est autant d’argent une nouvelle fois ponctionné sur notre protection sociale et nos retraites. Dans le même
temps, les retraités voient leur pouvoir d’achat se réduire comme peau de chagrin.
 

Mis en place il y a moins d’un an, le CICE nous a été présenté comme un dispositif sensé inciter les entreprises à
créer de l’emploi et à augmenter leurs investissements, grâce à une nouvelle exonération de cotisation sociale. La
condition pour bénéficier du dispositif ? Il n’en existe pas. Aucune loi, aucun décret n’impose de règles ni de
contreparties quant à l’utilisation de ces fonds.


Dans l’agroalimentaire, avec le CICE, les patrons ont gagné en moyenne 922 € par salarié. C’est 5,5 % de plus que la moyenne de l’ensemble de l’industrie. Et c’est le chiffre le plus haut de tous les secteurs d’activité ! Les patrons des IAA sont les champions de l’allégement fiscal. 400 millions d’euros dans la poche, sans avoir à justifier de l’usage de cette somme. Scandaleux.


Mais ce cadeau ne semble pas encore satisfaire le patronat. Début septembre, l’Ania a en effet communiqué sur les « difficultés » que rencontrent actuellement les entreprises du secteur. Sont en cause, selon elle, la baisse des prix des produits alimentaires en magasin et la stagnation de la consommation.


Victimes de la grande distribution ou d’une population qui ne voudrait plus consommer (plus manger…), les
entreprises n’auraient donc plus d’autre choix que de réduire le nombre de leurs salariés… L’Ania annonce d’ores
et déjà 300 fermetures de sites et lance le chiffre de 5 000 suppressions de postes. De qui se moque-t-on ?


Quel beau prétexte que cette soi-disant « baisse des prix » pour saborder encore un peu plus nos emplois et notre
tissu industriel. Les entreprises n’ont pas attendu de pouvoir agiter le spectre de la déflation pour enchaîner
restructurations et plans de licenciements. Dans l’agroalimentaire, entre 2008 et 2013, 27 000 emplois ont été
détruits. On ne parlait pas encore de déflation à l’époque et pourtant… Servir la soupe au patronat est contraire aux intérêts des travailleurs, de la population et du pays.


Montreuil,
Le 24 septembre 2014

 

Partager cet article
Repost0
8 août 2014 5 08 /08 /août /2014 20:48

JOURNAL OUEST-France – vendredi 8 août 2014

-      Page : La Roche sur Yon, son agglo et canton du Poiré

-      Article : Journal de bord d’un « Fagor »

-      Titre : « Ce n’est pas le moment de tirer sur l’ambulance »

 

Au nom de l’Union Départementale CGT de Vendée, et en ma qualité de secrétaire général, je tenais à m’inscrire en faux contre les écrits de Pierre-Marie Rousseau parus dans votre journal le vendredi 8 août 2014.

Pierre-Marie Rousseau indique je cite : « L’hégémonie de la CGT aux élections implique qu’elle doit assumer la situation à elle seule. Mais sur le plan national et départemental, le syndicat est moins présent. C’est un paradoxe. Pour rappel, en Vendée, le secrétaire départemental est un salarié du groupe Fagor Brandt. Quand au secrétaire national, c’est un ancien de Moulinex-Brandt. C’est dire l’incompréhension. »

Ces propos gratuits et diffamatoires ne reposent sur aucun élément concret. La CGT se félicite que votre journal avec l’audience qui est la sienne, permette à un salarié parmi tant d’autres d’exprimer ses inquiétudes de voir disparaitre des emplois, son emploi et une filière industrielle.

Pour autant, témoigner ou relater auprès d’autrui, ses souffrances, ses doutes, ses espoirs, ses idéaux n’autorise pas l’à peu près et encore moins le fait de dénigrer ou de prendre à partie un individu, une organisation ou un collectif.

La CGT réfute les accusations portées par Pierre-Marie Rousseau à son encontre. Je réfute en ma qualité de secrétaire général de l’Union Départementale CGT de Vendée et « ex » salarié de Fagor-Brandt, les propos mensongers tenus à mon encontre par Pierre-Marie Rousseau.

L’éditorial du journal Ouest-France du 18 septembre 1944 et réédité le jeudi 7 août 2014 indiquait entre autre : « Ici, nous aurons le respect souverain de la conscience des autres, ce sentiment du confraternel qui nous fera dans les confrontations d’idées ou d’idéal garder le respect des personnes….. »

Nous partageons ce point de vue. Afin que vos lecteurs puissent faire la part des choses, l’Union Départementale  CGT de Vendée demande un droit de réponse et d’expression à la mesure de celle donnée à Pierre-Marie Rousseau le vendredi 8 août 2014.

Comptant sur votre compréhension, recevez l’expression de mes sentiments les meilleurs.

 

                        Pour l’Union départementale CGT de Vendée

                        Le secrétaire général

                          Nicolas Rouger


Partager cet article
Repost0