Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Carte D'identité

  • : Le syndicat CGT Arrivé
  • Le syndicat CGT Arrivé
  • : informations du syndicat CGT de la société Arrivé, avec la marque Maître Coq, une entreprise du groupe LDC.
  • Contact

Vidéos engagées

Recherche

La Cave

Contactez nous

                                                                                                                             lacgtarrive@orange.fr

Tél :
0251442346
0251442562
0251452280
0251408866
31 octobre 2013 4 31 /10 /octobre /2013 22:00
Le couvoir industriel installé à Saint-Père-en-Retz fermera avant Noël. Des reclassements seront proposés au sein de ce groupe spécialisé dans la sélection et la production avicole.

Les nuages sombres s'accumulent dans le ciel économique de Saint-Père-en Retz. Après la fermeture de Filtrauto annoncée la semaine dernière et programmée début 2014, un nouveau site de production industriel va mettre la clé sous la porte : celui du couvoir Grelier, installé au nord de la commune.

« Le plan social a été présenté aux partenaires sociaux début octobre et l'activité s'arrêtera au plus tard le 15 décembre ; 13 personnes sont concernées, explique Loïc Dubot, directeur de production. Le site sera ensuite démantelé car nous ne souhaitons pas que cette activité soit vendue à un concurrent ».

L'entreprise Grelier compte plus de 1 000 salariés et produit chaque année 350 millions d'oeufs à couver (dindes, poulettes, pintades). Elle compte plusieurs sites d'accouvage dont un à Saint-Père et un autre à Volnay (Sarthe). Depuis 2011, Grelier est adossée au groupe hollandais Hendrix Genetics.

Demande en chute de 25 %

À Saint-Père, l'usine est spécialisée dans la production de volailles de moins d'un jour. En temps normal, elle fait éclore chaque semaine 500 000 oeufs qui sont revendus à des clients tels que LDC, Gastronome ou Sanders. « Nous sommes très en dessous de ce volume actuellement », poursuit Loïc Dubot.

L'industriel pointe plusieurs causes à cette chute d'activité. D'abord la baisse des aides européennes à l'exportation pour les volaillers. Ensuite, la fin en décembre du contrat de fourniture d'embryons avec le groupe pharmaceutique Sanofi. Et enfin une réorientation contrainte de l'activité poussin de Grelier. Pourquoi ? « Parce que depuis 2 ans, le groupe Aviagen qui fournit la souche spécifique de nos volailles ne souhaite plus nous livrer. Cette souche répond pourtant aux demandes du marché français et se caractérise par une croissance rapide des volailles et une production à faible coût ». Le groupe Grelier a donc décidé de produire des poussins avec une autre souche que celle à laquelle les clients étaient habitués, et la demande a chuté de 25 %.

« De toute façon, le marché évolue très vite et il nous fallait décider d'un plan de rationalisation car les deux sites de Saint-Père et Volnay étaient sous-exploités ». Après une étude en terme de vétusté et de capacité de production, la décision a vite été prise. Le site de Loire-Atlantique ayant une capacité trois fois plus faible que celui de Sarthe, c'est ce dernier qui a été retenu. « Des propositions de reclassement ont été faites aux 13 personnes de Saint-Père, notamment vers Volnay. Il y aura plus de postes proposés au sein du groupe que de postes supprimés, mais nous sommes conscients des contraintes de mobilité, » conclut Loïc Dubot.

 

Thierry HAMEAU.

Partager cet article

Repost 0
Published by La CGT Arrivé - dans Infos presse
commenter cet article

commentaires