Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Carte D'identité

  • : Le syndicat CGT Arrivé
  • Le syndicat CGT Arrivé
  • : informations du syndicat CGT de la société Arrivé, avec la marque Maître Coq, une entreprise du groupe LDC.
  • Contact

Vidéos engagées

Recherche

La Cave

Contactez nous

                                                                                                                             lacgtarrive@orange.fr

Tél :
0251442346
0251442562
0251452280
0251408866
14 mai 2014 3 14 /05 /mai /2014 15:50
le 26/03/2014 Patrick Audouard

Une cinquantaine de pompiers étaient intervenus chez LDC. Photo d’archives Jérôme Mangeney

 

  

Une cinquantaine de pompiers étaient intervenus chez LDC. Photo d’archives Jérôme Mangeney

La section CGT de l’abattoir de volailles brangeois accuse la direction de LDC d’avoir mis en danger ses salariés lors de la fuite du 3 mars dernier.

Il est inadmissible qu’une direction d’entreprise se permette de mettre en danger ses salariés. » La section CGT de LDC n’y va pas de main morte dans un communiqué qu’elle a affiché dans son entreprise. Le syndicat fait référence à la fuite d’ammoniac qui a touché l’abattoir brangeois de volailles le 3 mars dernier. L’incident avait alors mobilisé une cinquantaine de pompiers sur les lieux. 25 personnes avaient été incommodées par le produit toxique, et six d’entre elles avaient été hospitalisées.

Le déroulé des faits selon la CGT

Dans son communiqué, la CGT revient en détail sur cette matinée, alors que la fuite avait été constatée à 5 h 15. Elle commence en indiquant qu’un salarié « a travaillé seul dans le groupe froid pour isoler la panne alors qu’il n’était pas formé pour ça ». Le syndicat explique ensuite que les salariés arrivant sur leur lieu de travail n’ont pas été prévenus de la fuite d’ammoniac. « Vers 6 h 45, les salariés avaient de plus en plus de mal à respirer […] Certains ont donc pris l’initiative de sortir des locaux pour aller à l’extérieur. » C’est alors que la direction aurait, selon la CGT, sommé les salariés de reprendre leur poste. « À 7 heures, alors que les pompiers, au téléphone, demandaient aux salariés de sortir […], l’encadrement, l’animatrice sécurité et les chefs de service ont contredit ce mot d’ordre de sécurité […] pour ordonner, en criant, aux salariés sortis de se rhabiller et de retourner au travail. »

Trois semaines après les faits, les salariés de LDC n’ont pas digéré l’incident, si l’on en croit Corinne Genin, salariée de l’entreprise et membre de la CGT : « Certaines personnes se posent des questions sur les conséquences à long terme sur leur santé. Ils n’ont pas mis en priorité la santé des gens. Leur priorité, c’était de remettre en marche la production. »

« On a fait notre travail »

Face à ces accusations, le directeur du site brangeois, Dominique Théreau, reste droit dans ses bottes : « Je ne rentre pas là-dedans, on a fait notre travail. Une analyse des faits est en cours. Les salariés, les instances représentatives du personnel, les experts compétents dans ce domaine sont impliqués et informés des éléments issus de l’analyse et des plans d’action. » Le directeur indique par ailleurs qu’« une évacuation localisée sur les secteurs a été organisée. Les procédures en place ont été respectées. Après, il y a forcément des dispositifs à compléter. »Le dirigeant affirme également que les salariés qui sont intervenus sur la fuite étaient formés pour cela. Il signale enfin que la fuite d’ammoniac n’a pas été consécutive à une usure ou une mauvaise manœuvre, mais à « un incident technique sur une électrovanne. »

 

source : lejsl.com/bresse

Partager cet article

Repost 0
Published by La CGT Arrivé - dans Infos CGT
commenter cet article

commentaires