Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Carte D'identité

  • : Le syndicat CGT Arrivé
  • Le syndicat CGT Arrivé
  • : informations du syndicat CGT de la société Arrivé, avec la marque Maître Coq, une entreprise du groupe LDC.
  • Contact

Vidéos engagées

Recherche

La Cave

Contactez nous

                                                                                                                             lacgtarrive@orange.fr

Tél :
0251442346
0251442562
0251452280
0251408866
2 juin 2015 2 02 /06 /juin /2015 19:48

Il y a tout juste trois ans, le Tribunal de commerce de Quimper mettait le groupe Doux en redressement judiciaire. A cette époque, la FNAF‐CGT suggérait la mise sous tutelle par l’Etat du groupe Doux avec comme objectif d’éviter son démantèlement. Cette exigence était d’autant plus fondée qu’en 15 ans, le groupe a bénéficié d’un milliard d’euros de subventions publiques via les restitutions. L’Etat n’a malheureusement pas choisi cette voie et a délégué à Didier Calmels le soin de continuer à ponctionner les richesses produites par les salariés du groupe. Aujourd’hui, le groupe annonce 25 millions d’euros de résultat et 500 millions d’euros de chiffre d’affaires. 2 000 emplois ont été liquidés, plusieurs usines ont été fermées, la précarité est devenue la règle pour les salariés dont les conditions de travail se sont profondément dégradées.


Le ministère de l’Agriculture porte une lourde responsabilité dans cette situation calamiteuse, lui qui a été à la manoeuvre aux côtés du patronat pour restructurer la filière avicole française sur le dos des salariés. Nous comprenons aujourd’hui son implication dans le dossier Gastronome Luché que Terrena, repreneur majoritaire annoncé de Doux, a liquidé sans état d’âme. Dans cette affaire, seuls les patrons s’en tirent les poches pleines grâce à l’argent public. C’est bien l’Etat, et donc le contribuable, qui finance la restructuration de la filière avicole française. L’argent public continue à être distribué, sans contrôle, ni contrepartie sociale. La famille Calmels qui a investi 20 millions d’euros dans la reprise de la créance de la banque Barclays et financé son entrée dans le capital de Doux, a revendu ses parts pour 200 millions d’euros à Terrena qui a commencé à faire « le ménage » chez Gastronome dans le cadre de la reprise de Doux pour mener à bien une casse d’ores et déjà annoncée et orchestrée. Terrena en « partenariat » avec Sofiprotéol, qui, sorti par la porte, rentre par la fenêtre, va devenir le n° 2 européen de la volaille.

Les salariés savent qu’ils devront lutter pour préserver leur emploi. C’est grâce à leur lutte que les salariés de Gastronome Luché ont imposé un repreneur. Stéphane Le Foll peut se donner bonne conscience, les salariés de Luché eux estiment, malgré le repreneur Casino, qu’il s’agit d’un scandale absolu. La casse de leur usine, en parallèle du rachat de Doux, par Terrena les met en colère. La famille Doux, qui détiendra encore 25 % du capital, Terrena avec le rachat des actions détenues par Calmels et Avril (ex‐Sofiprotéol) qui seront majoritaires, et Almunajem groupe saoudien et principal client à l’export qui détiendra une part du capital, peuvent dormir tranquilles. L’Etat bourgeois veille sur leurs intérêts.
Les syndicats CGT des groupes concernés se réuniront fin juin 2015 à Luché et tiendront une conférence de presse pour faire connaître leur position à l’issue de cette réunio
n.

Montreuil, le 29 mai 2015

Partager cet article

Repost 0
Published by La CGT Arrivé
commenter cet article

commentaires